Notre Travail

Une récompense de tous les jours

 

Bien que le travail de viticulteur soit un travail de longue haleine et de dure labeur, il offre tout de même une beauté certaine : être proche de la nature.

La taille des vignes


 

A partir de mi-Décembre environ, c’est le moment de la taille sur treilles et sur gobelets pour notre part. En fonction de la productivité de l’année et pour chaque vigne, nous déciderons alors du nombre de bois laissés pour l’année à venir.

*Treilles : Vigne tenue par un système de fil d’inox.

*Gobelets : Le cep est tenu par un échalas.

2 pratiques différentes distinguées de par la taille.

Les bois



Mars. La taille est maintenant terminée. Vient alors le moment de “brûler les bois” précédemment coupés lors de la taille. Nous longeons donc les vignes de treilles avec une brouette améliorée, servant à brûler ces derniers. Une façon astucieuse, pratique et tout aussi sympathique pour nous faire oublier le froid de cette période !

Pliage de la baguette

 

Non non, ce n’est pas la baguette de Harry Potter et pourtant ça y ressemble !

Les bois sont maintenant brûlés, il est tant de passer aux choses sérieuses avec délicatesse: le pliage de la baguette. La baguette, sur treille, est le bois principal qui donnera les bourgeons une fois la période requise.

Pendant ce temps là…



…Quelques sans-gênes s’emparent alors d’un espace ne leur appartenant pas, profitant du calme qui règne sur les vignes.

Fais ce qu’il te plait !



Et oui, en Mai, fais ce qu’il te plaît.

C’est alors à cette période que les bourgeons commencent à “pointer le bout de leur nez” ! Un moment magique.

Mais c’est aussi le moment de l’épamprage. L’épamprage consiste à supprimer certains petits rameaux (les gourmands) indésirables.

Ce sont généralement des jeunes pousses non fructifères qui bien souvent en fonction de leur nombre, épuisent le cep. Néanmoins, certains peuvent être conservés, ils seront les pousses de la prochaine taille.

Plus jamais ça !



Comme d’autres professions, nous sommes dépendants du temps que rien n’arrête.

En cette année 2017, la sortie des grappes de raisins s’est faite très vite avec le beau temps que nous avons eu. En revanche, nous avons eu aussi quelques désagréments, notamment avec le gel et la grêle. Mais nous nous en sortons tout de même bien, même si quelques pertes ont été dénombrées.

Le relevage sur treilles



Trois niveaux de fils d’inox sont requis pour le relevage sur treilles.

Le premier, celui sur lequel sera fixée la baguette.

Le second (fils doublés) qui permettra un premier relevage (le plus délicat).

Le troisième, qui soutiendra la vigne sur sa totalité.

Le relevage sur gobelets



Sur gobelets, nous attachons les bois à la méthode ancienne (l’osier).

Nous coupons les osiers à la période hivernal (entre novembre et mi-décembre) pour ensuite en faire des petits fagots, ceux-là même qui nous servirons pour l’attache (le relevage).

Le relevage permet de soutenir la vigne, sans quoi ce serait la pagaille et de nombreux bois casseraient.

Pour finir… ou presque



La viticulture représente un travail perpétuel tout au long de l’année. 

Le palissage qui arrive avant le pliage de la baguette et qui consiste à remplacer échalas, crampillons, fils. Soit, un entretien du support.

Le travail du sol entre rotobêche, débroussaillage et broyage,  effectués tout au long de l’année eux aussi.

Le traitement de la vigne pour prévenir d’éventuelles maladie (odïum et mildiou notamment).

Écimer la vigne et relever de nouveau selon les besoins.

En bref, un travail au quotidien avant les vendanges.

Une année se termine…



Les clôtures ont été installées afin d’éviter la venue des sangliers et blaireaux.

Le raisin a atteint sont degré de maturation.

Il est tant de récolter le fruit de notre travail.

Les vendanges vont pouvoir débutées dans la joie et la bonne humeur.